le blog de catherine

le blog de catherine

pourquoi ce blog ?

l'envie de partager me donne l'envie d'écrire ...
je vais profiter de ce blog pour vous donner des infos régulières sur les sujets qui me passionnent !

BOWEN la plus douce des thérapies manuelles

traitement bowenPosted by catherine campioni 30 Jan, 2017 12:55
La Méthode Bowen : La plus douce des thérapies manuelles

Née en Australie et pratiquée dans de nombreux pays dans le monde, la méthode Bowen connaît une popularité grandissante. Considérée comme la plus douce des thérapies manuelles, elle vise à stimuler le pouvoir d’autoguérison du corps et se révèle efficace sur une large palette de troubles.


À l’image de son slogan « less is more » (le mieux est l’ennemi du bien), la méthode Bowen est considérée aujourd’hui comme une des plus douces – si ce n’est la plus douce – des thérapies manuelles alternatives avec la microkinésithérapie. Pratiquée dans une cinquantaine de pays et reconnue à travers le monde, elle commence à faire des émules en Europe, et à creuser tranquillement son chemin, séduisant par sa finesse, son apparente simplicité et son efficacité. Élaborée à partir des années cinquante de manière empirique par l’Australien Tom Bowen, passionné de sport, elle consiste en des séquences de mouvements subtils – appelés moves – effectués sur des points réflexes du corps, situés sur des ligaments, muscles, tendons et fascias, suivis de temps de repos de plusieurs minutes, durant lesquels le praticien peut être amené à quitter la pièce de soin. Le tout étant effectué dans une ambiance neutre, dénuée de toute sollicitation extérieure, qu’il s’agisse de musique ou de senteurs d’huiles essentielles.

Une action immédiate et puissante

Le calme sensoriel entourant le patient et les temps de repos suite à une série de mouvements sont essentiels, car ils permettent l’intégration de l’information reçue par le système nerveux central via les capteurs neuronaux, et ce, sans effet parasite. Le cerveau sait ensuite de lui-même ce qu’il a à faire dans le corps .

La méthode Bowen a une action immédiate, profonde et puissante. Elle est douce et sans danger, car ce n’est pas une technique structurelle. L’action se situe uniquement sur les parties molles, ce qui fait qu’elle peut s’appliquer indifféremment sur un bébé, un enfant, un adulte, une personne âgée.

Thérapie réflexe neuromusculaire, Bowen repose sur la stimulation de la capacité naturelle d’autoguérison du corps, lui permettant « de prendre conscience de son état de stress et d’en inverser le processus en stimulant l’activité parasympathique. L’organisme peut alors graduellement reconnaître et restaurer ses fonctions d’autorégulation qui, en retour, régulariseront son métabolisme et ses fonctions neuromusculaires », indique la praticienne Louise Tremblay dans son guide « Le petit livre de Bowen ».



Les indications de la méthode Bowen sont ainsi nombreuses : troubles de la respiration, de la digestion, du sommeil, du stress, de la circulation sanguine ainsi que de la tension artérielle, de la circulation lymphatique, du système endocrinien et immunitaire.

Elle peut également traiter des douleurs musculosquelettiques du dos, du cou, des épaules, améliorer le rétablissement d’une maladie, d’opération ou de blessures. Il semblerait que la méthode Bowen puisse également avoir des effets positifs – sur lesquels la prudence reste de mise, des études devant les confirmer – sur l’énurésie, les pathologies neurologiques type Parkinson ou Alzheimer, voire sur la polyarthrite, l’autisme, ou les retards psychomoteurs.

Un corps au repos

Une séance Bowen dure entre trente et quarante-cinq minutes. En fonction des troubles et de leur chronicité, une à cinq séances apportent une amélioration, mais il est difficile de savoir en avance comment le corps va s’autoréguler. Le corps va décider où il mettra la priorité

Afin de garantir le maximum d’efficacité à la méthode Bowen, il est demandé, suite à une séance, de ne recourir à aucun autre soin type massage ou acupuncture, ou même de pratiquer un sport, le corps devant rester au repos durant au moins une semaine. Comme en ostéopathie, une série d’effets se font sentir après la séance. Sont donc à noter des symptômes de froid, de chaud, de fatigue plus ou moins intense pouvant se manifester suite à une séance. Le bon sens doit privilégier une mise en disposition optimale, notamment en favorisant le repos, la prise d’eau minérale après la séance, la détente, et éviter tant que faire se peut les sollicitations stressantes. Si vous êtes parent, par exemple, demandez à votre conjoint ou conjointe d’accepter de prendre en charge le maximum de prérogatives familiales au sortir de votre séance.

À noter enfin que cette méthode se situe à la croisée entre thérapie tissulaire et énergétique. Tom Bowen, son inventeur, croyait en effet au chi, l’énergie vitale qui, selon la médecine traditionnelle chinoise, irrigue tout notre corps, garantissant son bon équilibre. Ainsi, il semblerait que certaines zones réflexes Bowen soient en commun avec des points d’acupuncture. La méthode Bowen pourrait ainsi permettre, grâce aux ingénieux systèmes de séquences de moves, de relancer cette circulation vitale dans l’organisme afin d’assurer sa bonne santé.

source : http://www.principes-de-sante.com/therapies/methode-bowen-la-plus-douce-des-therapies-manuelles

plus d'infos ?

www.catherinecampioni.be
gsm 0497 412460
naturo@catherinecampioni.be

petit livre Bowen
à télécharger via le lien suivant http://centreosteopathierachel.com/wp-content/uploads/2016/05/petitbowen_fr.pdf

le site de Louise Tremblay, qui m'a formée à cette méthode https://techniquebowen.com






ASTHME & méthode BOWEN

traitement bowenPosted by catherine campioni 05 May, 2015 21:37

L'asthme & la technique Bowen

La technique Bowen

La technique Bowen
, mise au point par l’australien Tom Bowen dans les années 50, est une méthode manuelle neuro-musculaire extrêmement délicate.


En effet, il s’agit d’une méthode ne comportant qu’un nombre limité de petites manipulations simples, mais extrêmement précises et de longues pauses entre les manipulations.

La méthode vise à redonner au corps son équilibre perdu, à combattre les douleurs et à stimuler les mécanismes d’autoguérison.

Grâce à ces mouvements, l’organisme se répare, le corps élimine les toxines et remodèle les flux énergétiques.

La méthode est holistique et permet naturellement de relaxer chaque personne profondément ! Elle donne une sensation de bien-être physique, émotionnel ainsi que mental.

Il n’y a aucune contre-indication. La technique est appréciée par les femmes enceintes, les bébés à la naissance, les enfants & ados, les personnes âgées, les athlètes de haut niveau, les personnes porteuses d’un handicap,…  

La technique Bowen est, entre autres, indiquée dans les cas suivants :

douleurs de dos, problèmes digestifs, troubles ORL, maux de tête, migraines, problèmes de genoux, de chevilles, de pieds, dérèglements hormonaux et liés aux menstruations, douleurs à la nuque, aux épaules, fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique, douleur de bassin, scoliose, jambes de longueurs différentes, accidents, traumas, blessures, entorses, énurésie, besoin ou envie de relaxation générale, problèmes respiratoires et asthme

L’asthme

L'asthme est provoqué par un rétrécissement des bronches. Ce rétrécissement est responsable d'une difficulté respiratoire, d'une respiration sifflante qui peut parfois être accompagnée de toux. L'asthme est en général accompagné d’une inflammation de l'appareil respiratoire, les causes pouvant être multiples.

Lorsque les bronches sont rétrécies, la vitesse de l'air expiré est plus faible que chez un individu non malade.

La conséquence est qu'un asthmatique a l'impression d'être à bout de souffle, surtout s'il fait un effort qui fait augmenter sa fréquence de respiration.

Le risque est que le patient s’étouffe, car il ne peut pas respirer assez.

Chez les asthmatiques, il peut survenir une crise d'asthme, durant laquelle les bronches se ferment encore plus que d'habitude. Le patient doit alors prendre son traitement pour dilater les bronches : sinon, il risque de perdre connaissance, il risque sa vie …

L’asthme & la technique Bowen

Quelque soit le degré d’intensité d’asthme, la technique permet de réduire souvent très rapidement le nombre et l’intensité des crises et ceci à long terme.

Vu que la méthode Bowen est très douce et non invasive, il n’y a aucune contre indication de l’utiliser en cas d’asthme ou de problèmes respiratoires.

Le nombre de séances n’est pas nécessairement élevé. Il suffit souvent de quelques séances pour changer la situation de la personne qui souffre d’asthme.

Très souvent la méthode va détendre la région de la cage thoracique et du diaphragme et diminuer le sentiment d’oppression, ce qui va aider l’asthmatique.

Les effets de la technique Bowen peuvent se faire ressentir immédiatement ou durant les jours qui suivent la séance.

Améliorer son hygiène de vie et son alimentation, en parallèle, est évidemment indiqué.

Comment la méthode Bowen va-t-elle agir sur l’asthme ?

Lors d’une crise d’asthme, le point clé est le diaphragme. Celui-ci se contracte lors de l’inspiration et se relâche lors de l’expiration. En cas d’asthme ou de pathologie respiratoire, le diaphragme peut être constamment contracté, d’où la respiration « sifflante » d’un asthmatique.

Si un élément déclencheur, comme un rhume, une inflammation ou une allergie apparait, le diaphragme va se contracter de plus en plus permettant ainsi d’inspirer, mais l’expiration deviendra de plus en plus difficile.

La procédure respiratoire Bowen aidera à relâcher les muscles, en particulier le diaphragme, qui se détendra de plus en plus. D’où la diminution des crises et de leur intensité, en particulier chez les jeunes enfants, suite à un séance Bowen.

Comment se déroule une séance Bowen ?

Lors de la première séance, qui dure environ 1h30, nous faisons plus ample connaissance.

Les séances suivantes, si nécessaires, durent généralement entre 45 minutes et 1 heure. La durée d’une séance est plus courte chez un bébé et chez un enfant que chez un adulte.

Une des particularités de la technique Bowen est le calme dans lequel se déroulent les séances. Pour que les moves (nom que l'on donne aux manipulations) puissent produire leur effet à travers le système nerveux, il faut minimiser les interférences provenant d’autres stimuli. Pendant une séance, il n'y aura pas de bruit, pas de musique, pas de paroles, pas d’odeurs, etc.

J’ invite la personne à s'allonger confortablement et à se couvrir d'une couverture. Les personnes qui ont du mal à s’allonger peuvent s’installer sur une chaise (femme enceinte, personne âgée, personne blessée, …)

Je procède ensuite à quelques touchers légers, sans douleur et très précis.

Après chaque série de touchers, je vous laisse seul pendant 2 à 15 minutes, selon le traitement qui vous convient. Cette « pause » est indispensable et essentielle. Elle permet de donner le temps au corps d’intégrer et de gérer « l’information » qu’il a reçue. La pause donne aussi le temps à la vibration de s’amenuiser d’elle-même.

À l’abri de stimuli parasites, le processus d’auto-normalisation du corps peut alors se produire.

Bien que les moves puissent se faire à travers des vêtements légers, il est plus facile et plus efficace de travailler directement sur la peau.

Le soir du traitement, je conseille un repas léger pris tôt dans la soirée ainsi que beaucoup de repos. Il est important de boire plus d’eau que d’habitude les jours qui suivent un traitement et de marcher plus que d’habitude à l’air frais.

Il est conseillé qu’aucun autre traitement manuel n’ait été pratiqué une semaine avant une séance Bowen et il vaut mieux ne pas consulter d’autres thérapeutes manuels une semaine après une séance. Ceci afin de ne pas interférer dans les effets de la technique Bowen, qui peuvent se prolonger pendant plusieurs jours…

plus d’infos http://www.catherinecampioni.be/ccampionibowenhistoire.html

L’épouse de Tom Bowen & l’asthme

Avant le développement de la technique, l’épouse de Tom Bowen souffrait d’asthme et était régulièrement hospitalisée. Grâce à la technique mise au point par son époux et grâce à des modifications alimentaires et d’hygiène de vie que son époux lui suggéra, Mme Bowen a su vivre une vie tout à fait normale et n’a plus jamais du être hospitalisée.

Les recherches concernant l’asthme & la méthode Bowen

The bowen technique national asthma research program - d’octobre 2002 à mars 2004 à Londres, par Nikke Ariff

24 volontaires de plus de 16 ans, suivis pendant 12 mois, 16 femmes & 8 hommes, diagnostiqués asthmatiques depuis <5 ans (2), de 5-10 ans (8), de 10-15 ans (3), depuis plus de 15 ans (11).

les volontaires ont écrit un journal durant les 12 mois de la durée de la recherche pour décrire leur état et y inscrire chaque crise d’asthme

les résultats :

les 24 volontaires ont tous dit que la technique Bowen a eu un effet positif sur leur maladie.

7 personnes sur 24 trouvaient que l’asthme s’était fortement amélioré, 14 nettement & 3 légèrement.

20 personnes sur 24 ont dit avoir vécu une réduction de la fréquence des crises d’asthme,

18 ont rapporté une diminution de l’intensité des crises,

18 utilisent moins de médicaments qu’avant les séances de Bowen,

14 disent qu’ils réagissent mieux aux médicaments.

le nombre de crises a diminué fortement après 6 mois de traitement : 84 crises au total durant les 6 premiers mois contre 26 les 6 derniers mois.

22 personnes sur 24 ont aussi rapporté que d’autres problèmes ont été résolus suite aux séances de méthode Bowen (problèmes de dos, d’épaule, de nuque, de genoux, de migraines et de maux de tête, de rhume des foins, de syndrome du colon irritable, de problèmes de circulation, d’insomnies, d’anxiété, stress & dépression, de niveau d’énergie,…)

tous les résultats sont sur

https://thebowentechnique.com/asthma-national-study/

Alastair Rattray, un praticien & enseignant de la méthode Bowen s’est spécialisé dans le traitement de l’asthme. Il a constaté que les résultats obtenus sont similaires pour une personne sous traitement médicamenteux que pour une personne non traitée. Selon lui, les résultats sont aussi similaires quelque soit l’âge de la personne souffrant d’asthme.

plus d'infos ?

n'hésitez pas à me contacter
00 (32) 497 412 460
naturo@catherinecampioni.be
www.catherinecampioni.be









BOWEN - la technique

traitement bowenPosted by catherine campioni 16 Jan, 2015 09:01

CONNAISSEZ-VOUS LA TECHNIQUE BOWEN ?

la technique Bowen est une méthode neuro-musculaire douce, unique & encore peu connue chez nous …

elle a été développée par l’australien Tom Bowen dans les années 50

c’est une technique extrêmement délicate puisqu’il s’agit d’un traitement réalisé «en surface», ne comportant qu’un nombre limité de petites manipulations simples, mais extrêmement précises et de longues pauses entre les manipulations

la méthode vise à redonner au corps son équilibre perdu, à combattre les douleurs et à stimuler les mécanismes d’autoguérison

grâce à ces mouvements, l’organisme se répare, le corps élimine les toxines et remodèle les flux énergétiques

la méthode est holistique et permet naturellement de relaxer chaque personne profondément



elle donne une sensation de bien-être physique, émotionnel ainsi que mental

il n’ y a aucune contre indication. la technique peut être utilisée dès la naissance ...

la technique Bowen est indiquée dans les cas suivants :

douleurs de dos,
problèmes digestifs,
troubles ORL, maux de tête, migraines,
problèmes de genoux, de chevilles, de pieds,

dérèglements hormonaux et liés aux menstruations,
douleurs à la nuque, aux épaules,
fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique,
douleur de bassin,
scoliose, jambes de longueur différente,
problèmes respiratoires et asthme,
accidents, traumas, blessures,
entorses,
énurésie,
besoin ou envie de relaxation générale, etc

n'hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements

catherine, praticienne bowen ...

plus d'infos www.catherinecampioni.be







SCOLIOSE & la méthode BOWEN

traitement bowenPosted by catherine campioni 14 Dec, 2014 21:14
LA SCOLIOSE

La scoliose est une déformation vertébrale entraînant une torsion de la colonne vertébrale et du thorax

l'origine est souvent difficile à trouver, mais on sait qu’il existe :

des facteurs génétiques, hormonaux, neurologiques, des composantes mécanique, des facteurs aggravant psychologiques, des compensations posturales etc

certains symptômes :

- la personne peut se tenir de travers, une de ses épaules étant nettement plus haute que l'autre
- le dos peut être tordu ou voûté
- la personne peut présenter une posture décalée : lorsque les bras pendent le long du corps, on remarque que l'espace entre le bras et le tronc est plus grand d'un côté que de l'autre
- la personne peut présenter une déformation de la cage thoracique, plus haute d'un côté que de l'autre
- parfois la tête n'est pas tout à fait centrée par rapport aux hanches, elle est légèrement décalée vers la gauche ou vers la droite
- douleurs diverses

la méthode BOWEN est efficace dans la prévention et/ou la correction des scolioses. la qualité de vie des personnes augmente et les douleurs diminuent.

la procédure de correction des scolioses se fait à raison d'un traitement par semaine pendant 7 semaines
si nécessaire, cette série peut être répétée un mois plus tard
parfois, il suffit de moins de séances pour obtenir des résultats qui augmentent significativement la qualité de vie des personnes

témoignages suite à un traitement BOWEN


- j'ai une jambe plus courte que l'autre de quelques millimètres. à cause de cela, je me tenais mal, mon épaule droite était plus basse que la gauche. j'ai reçu le traitement BOWEN durant 7 semaines et c'est incroyable... mes épaules sont à la même hauteur et les douleurs de dos que j'avais très régulièrement ont tout simplement disparues ! merci

- une dame très âgée avec une scoliose très importante est revenue après une seule séance en disant "je ne sais pas ce que vous m'avez fait mais je veux que vous me refassiez la même chose car j'ai pu marcher sans douleurs et même astiquer les cuivres de ma cuisine"!


pour plus d'informations concernant la méthode BOWEN n'hésitez pas à me contacter
0497 412460 - naturo@catherinecampioni.be









BOWEN - interview de Louise Tremblay

traitement bowenPosted by catherine campioni 14 Dec, 2014 19:51

j'ai eu la chance de rencontrer Louise en 2008 et d'être formée par elle à la technique Bowen

LOUISE TREMBLAY - Formatrice de la technique Bowen

Louise Tremblay est en charge de l’enseignement de la technique Bowen (cf. Ka n° 1175) en France. A 49 ans, cette Québécoise traverse l’Atlantique aussi naturellement que d’autres franchiraient un simple pont pour former masseurs-kinésithérapeutes et autres praticiens à cette méthode manuelle douce.

par Julie Devillers


REPÈRES

1960 Naissance à Alma, au nord du Québec 1983 Diplômée d’acupuncture par l’Ordre des acupuncteurs du Québec 1989-1996 Etudes d’homéopathie classique 1996-2000 Etudie la technique Bowen et devient formatrice, puis présidente du Registre Bowen du Canada 2007 Publie “Le petit livre Bowen” Prochainement, publication, en anglais et en français, d’un mémoire sur les rythmes biologiques et les délais d’intégration de l’organisme

Originaire d’une commune à l’est du lac Saint-Jean, auQuébec, LouiseTremblay ne se doutait probablement pas de toutes les villes et pays qu’elle traverserait, plus tard, par le biais de son travail.

La Canadienne n’est pas physiothérapeute. Toutefois, depuis 2001, elle enseigne la technique Bowen à des kinésithérapeutes, ainsi qu’à d’autres professionnels de santé français. Son parcours commence par deux années de psychologie à l’Université de York, à Toronto. Louise poursuit son cursus par des études d’acupuncture, puis, pendant 7 ans, d’homéopathie classique au Centre des techniques homéopathiques, puis à l’Académie canadienne d’homéopathie. Ces dernières s’achèveront en 1996.

Désireuse de compléter son travail d’homéopathe par une technique manuelle, elle découvre alors une méthode peu connue encore au Canada : la technique Bowen. Son action sur le métabolisme et le système nerveux central au travers de stimulations douces éveille son intérêt. S’en suivent de fréquentes rencontres avec Ossie et Elaine Rentsch, tous deux à la direction de l’Académie de la thérapie Bowen d’Australie (maison mère). Depuis, Louise enseigne cette méthode au Canada, mais également en France, Belgique et Espagne. “J’aime enseigner aux élèves. C’est la continuation de mon travail de praticien, multiplié par cent, car, au bout du compte, c’est encore le patient qui en tire le meilleur profit”.

Une volonté de validation

Aujourd’hui, Louise Tremblay exerce principalement dans son cabinet privé de Montréal. En 2007, elle publie “Le petit livre Bowen”1. “J’ai fait ce livre dans le but d’expliquer clairement en quoi consiste la technique Bowen. Il s’adresse autant aux thérapeutes intéressés par la formation qu’aux médecins qui se demandent s’ils doivent proposer cette technique ou qu’aux patients qui doivent savoir de quoi il en retourne”.

Mais Louise n’est pas uniquement poussée par un désir de communiquer sur cette pratique. Elle souhaite également la valider. “Les scientifiques accordent de plus en plus d’imporance aux fascias et aux méthodes douces qui les influencent”. En 5e année d’ostéopathie à l’Académie Sutherland de Montréal, elle publie prochainement la seconde partie d’un mémoire sur la mise à profit des rythmes biologiques et des délais d’intégration proposés par la biologie et la physiologie, sous le titre de “Métacrouse physiologique”. “Selon moi, l’avenir de la compréhension du corps humain passe, en grande partie, par le développement des neurosciences. En cela, la technique Bowen est, non seulement, une thérapie manuelle, mais aussi, par son action sur le système sensoriel, une technique somesthésique”.



A ce jour, la praticienne a formé une cinquantaine de kinésithérapeutes sur le territoire français. Elle enseigne également en Nouvelle-Calédonie, Australie, Autriche, Angleterre, Belgique et aux Etats-Unis.

Dans cette vie de voyage, qu’elle partage avec son mari, Louise n’en oublie pas ses loisirs: la cuisine, les amis, la lecture. “Je lis beaucoup et de tout. Ces temps-ci un peu plus de neurosciences...”.

POUR TROUVER UN THERAPEUTE BOWEN PRES DE CHEZ VOUS :

http://www.registrebowen.com/Belgique.html

jeudi 11 février 2010 / n° 1182 / Kiné actualité / 7



FIBROMYALGIE - quelques pistes

traitement bowenPosted by catherine campioni 03 Dec, 2014 19:24

la fibromyalgie - quelques pistes

1/ qu'est-ce que la naturopathie & la méthode bowen peuvent apporter aux malades atteints de fibromyalgie ?

2/ quelques témoignages de patients suite à une seule séance bowen

3/ comment décoder cette maladie ?

4/ le gluten

1/La naturopathie & la méthode bowen

La naturopathie apporte une aide aux personnes atteintes de fibromyalgie quel que soit leur âge. Après avoir établi un bilan de vitalité, le naturopathe accompagne les malades à changer leurs habitudes de vie et les aider à équilibrer leur alimentation. il donne aussi des conseils dans les domaines suivants : purification de l'organisme, la perte de poids, amélioration de la fonction digestive etc

La méthode bowen est une méthode neuromusculaire douce, qui grâce aux manipulations fines et aux longues pauses, permettra au corps de s'autoréguler. un drainage des toxines se fait grâce à cette méthode et cela favorise une relaxation générale, ainsi qu'une diminution des douleurs

2/ témoignages de patients suite à une seule séance bowen

* ton traitement m'a fait un bien énorme au dos, au cou, au bras : bref à tout ce qui n'allait pas MERCI

* (...) j'aimerais faire un feedback de la méthode Bowen:

Physiquement, les changements s'opèrent également mais de manière plus subtiles, j'ai l'impression. J'ai d'abord vécu un we sans douleurs (presque aucune à l'horizon) (...). Puis j'ai vécu un mardi désastreux en termes de respect de mes limites. Je vous laisse imaginer mon état mardi soir et mercredi au réveil. Mercredi je me suis dit "tu ne pourras jamais aller au boulot". Les bienfaits ne se faisaient plus ressentir. Je me suis occupée du petits le matin et suis allée travailler. Mercredi après-midi j'avais complètement oublié mon matin ! et je me sentais bien.

Mes douleurs sont toujours quotidiennes mais de passage, elles ne s'installent plus pour une période....longue ou très longue (...)

Tous vos conseils alimentaires me conviennent parfaitement, c'est d'ailleurs fort proche de ma réalité quotidienne en tout cas en ce qui concerne l'alimentation méditerranéenne (...)


n'hésitez pas à me contacter pour un bilan de vitalité et/ou une séance bowen

3/ le décodage de cette maladie selon Ananda Meyers

Les fibromyalgiques sont souvent des personnes plus que courageuses, trop gentilles, trop bonnes, trop généreuses. En majorité, il s’agit de femmes, bien que les hommes puissent également en être atteints. Etant dévalorisées à l’extrême, elles paient n’importe quel prix pour avoir quelques miettes d’amour. Seules, isolées, même et surtout si elles ont une entourage, leur corps ne fait qu’exprimer leur immense souffrance morale. La douleur morale intense est le commun dénominateur de tous les cas. Elles ont donc, dans un premier temps, besoin d’être écoutées et entendues.

Un de leurs grands drames est d’être incomprises car la fibromyalgie est la maladie « façade » par excellence : elles arrivent toutes avec le sourire, charmantes, soignées, voire coquettes. Dehors, tout semble aller bien, dedans, tout s’écroule. N’ayant aucun symptôme physique, sauf de rares cas accompagnés de problèmes articulaires, agissant comme si de rien n’était, leur entourage ne comprend rien et ne tient pas compte de leurs souffrances, douleurs, fatigue extrêmes.

Bien sûr, elles se plaignent un peu (si peu) mais les apparences sont tellement trompeuses que les proches n’y voient que du feu et ne leur viennent guère en aide. Cependant, pour chaque effort réalisé (porter le sac à provisions ou le pack d’eau, pendre la lessive,…), elles paient le prix fort : la souffrance se décuple pour quelques heures, jours, voire semaines, et la fatigue aussi.

Cinq conflits

Très souvent, il leur faut de longues années avant d’avoir un diagnostic, pour s’entendre dire que c’est incurable. Si la médecine conventionnelle ne parvient guère à les secourir, en décodage, nous avons bien des cas de guérisons complètes. Les conflits invariants de la fibromyalgie sont au nombre de cinq : dévalorisation profonde, impuissance, chute verticale, séparation, souffrance/ douleur morale incommensurable. Autrement dit, ce type de thèmes se retrouveront systématiquement, en même temps ou séparément, dans les drames familiaux et personnels de ceux qui sont atteints de cette pathologie. Les maladies sont comme les pissenlits : si vous arrachez la mauvaise herbe sans éliminer la racine, vous avez la garantie d’avoir bientôt un nouveau pissenlit.

Un travail complet et sérieux en décodage consiste donc toujours – au minimum – en l’étude des racines du problème (psychogénéalogie et projet périnatal, également nommé projet-sens) où résident les causes cachées du déroulement de nos vies, et d’une étude des événements de vie (programmants et déclenchants) afin, bien sûr, de comprendre, résoudre, changer de regard et évoluer.

Ouvrir le barrage, laisser couler tant de douleur contenue amène une atténuation graduelle des symptômes.

Les thèmes de leur vie sont très lourds :

Les morts sont plus aimés que les vivants.

La séparation définitive de l’être sans lequel on ne peut vivre

La calomnie, la diffamation, la dévalorisation grave, les injures, la violence verbale

Le contact long (mariage, travail) avec de vrais manipulateurs qui les détruisent à petit feu

Les coups et blessures, menaces de mort, l’obligation d’obéir sous la menace

L’inceste, le viol, les sévices sexuels

Ces personnes sont tellement dévalorisées qu’elles ne réalisent pas que ce qu’on leur fait subir est inadmissible. Souvent apparaît aussi le thème de n’être pas dans la bonne direction, de vivre une vie qui ne correspond pas à leurs aspirations.

Mémoires généalogiques

Comprendre le sens de leur maladie, découvrir les causes profondes de leurs souffrances (psychogénéalogie, projet-sens) permet de déposer le fardeau.

Les mémoires généalogiques sont toujours excessivement dramatiques :

Camps de concentration ou de travail

Expérimentation sur l’humain dans les camps nazis

Enrôlement de force dans l’armée ennemie et obligation de tuer les siens

Morts très violentes

Deuils jamais faits d’un enfant, d’un conjoint

Vexations terribles, lynchage, torture

Horreurs de guerre

« Cendrillon », esclave

Exclusion, rejet total, vexations (tout le monde a de la viande au repas, sauf elles)

Jalousies féroces

Malversations financières

Violences, coups, blessures, menaces, tirs

Infidélité

Pauvreté extrême

Menace de guerre, guerre

Accouchements atroces

Ecroulement des rêves d’amour

Séquestration pour cacher

une grossesse

Abandon (passif ou actif)

Pour guérir

Les projets-sens ne sont que la continuité de ces thèmes.

Pour guérir, le fibromyalgique devra :

Arrêter d’être un « paillasson » (c’est l’expression d’une consultante complètement guérie)

Développer un véritable amour de soi et une haute estime de lui-même qui lui permettra de gérer la frontière entre la gentillesse et l’excès de bonté

Apprendre à dire non et à mettre des limites afin de se respecter lui-même et d’obliger les autres à le respecter

Comprendre qu’il a droit au bonheur et au respect

Parfois, changer de situation de vie. Dans ce cas, si la personne ne le fait pas, il y a amélioration mais pas guérison complète.

Dans l’ensemble des personnes qui ont fait, avec moi, un travail approfondi et complet en décodage, le pourcentage de guérisons à long terme est de l’ordre de 80 %. Telle Marijke qui, toutes douleurs et fatigue disparues, a fait avec son mari les travaux de maçonnerie de leur nouvelle maison, tout en reprenant à temps plein son métier et son rôle de mère de famille. Elle est guérie depuis 2003.

Certaines personnes gardent 20 à 30 % de symptômes car le retour à la santé induit la perte de leur pension d’invalidité ou la reprise d’un métier détesté. D’autres encore annulent très vite leurs rendez-vous : souvent, sous l’influence du conflit de diagnostic, elles ne croient pas en leur possible guérison ou bien n’ont pas le courage d’affronter leurs souffrances. Dommage, car la fibromyalgie est une maladie où le retour à la santé est simple et exempt de toute complication. C’est un cheminement graduel vers une vie douce et paisible, remplie d’énergie et de bien-être.

4/un article scientifique qui démontre que la fibromyalgie peut être mise en rémission par l'abandon du gluten

Pour lire le résumé de l’article en question:
http ://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24728027

Une autre étape extrêmement importante vient tout juste d’être franchie en avril 2014. Il s’agit d’un travail de recherche qui démontre que 20 patientes, gravement atteintes de fibromyalgie et chez qui la présence de la maladie coeliaque avait été exclue, ont pu recouvrer la santé suite au suivi d’une diète sans gluten (+ sans produits laitiers pour huit d’entre elles). Ces patientes étaient âgées en moyenne de 46 ans et la durée moyenne de leur maladie était de 11.9 ans, Quinze d’entre elles ont obtenu une rémission totale, elles ont pu retourner au travail et mener une vie normale sans aucune douleur. Les cinq autres patientes, même si elles n’ont pas obtenu la rémission totale de leur maladie, ont toutes amélioré leur qualité de vie : moins de douleur, moins de fatigue, moins de problème digestifs et de dépression; deux d’entre elles sont retournées au travail, deux ont pu retrouver une vie active et/ou normale alors qu’une seule a continué d’avoir une vie limitée. Ces résultats positifs dus à la diète sans gluten ont pu être observés à l’intérieur d’une période de 5 à 8 mois chez huit patientes alors que les douze autres patientes ont dû suivre la diète sans gluten pendant 16 à 31 mois pour en obtenir lentement et graduellement les bénéfices. Lorsque l’on a réintroduit le gluten dans la diète de 8 des 20 patientes, ces dernières ont vu leur état clinique se détériorer alors que leur état s’est amélioré à nouveau lorsqu’elles ont cessé de consommer du gluten.

En conclusion, les auteurs de l’article affirment qu’ils sont les premiers à publier un travail de recherche qui démontre qu’une diète sans gluten peut permettre la mise en rémission de la fibromyalgie prouvant ainsi que le gluten est un agent causal de cette maladie. Historiquement, le Dr Jean Seignalet avait déjà démontré entre 1985 et 2003, qu’une diète qu’il qualifiait d’hypotoxique (sans gluten, sans produits laitiers, sans sucre raffiné, incluant des protéines animales cuites à moins 110°C) était très efficace pour traiter les patients atteints de fibromyalgie : il avait obtenu une mise en rémission complète chez 58 des 80 patients atteints de fibromyalgie, qui avaient respecté correctement la diète hypotoxique, une rémission à ≥ 90% chez 10 patients, une rémission à ≥ 50% chez 4 patients alors que la diète avait été un échec chez les 8 derniers patients. Le Dr Seignalet affirmait d’autre part, que les effets favorables suite à sa diète étaient perçus après seulement quelques semaines chez certains patients alors que chez les autres, les effets positifs apparaissaient progressivement à partir d’un délai de 3 mois à 2 ans. Il faut préciser que selon ses écrits, un délai de 2 ans n’aurait été observé que pour un seul patient sur l’ensemble de tous ceux qu’il a traités quelle que soit la maladie traitée. Il précisait de plus, que lorsqu’il y avait entorse au régime, des symptômes modérés de fibromyalgie pouvaient resurgir. Le régime devait être poursuivi pour que la maladie soit maintenue en état de rémission.

En se basant sur les résultats obtenus par le Dr Seignalet et sur les témoignages reçus sur le blog de jacquelinelagace.net ainsi que verbalement, il apparait qu’en suivant la diète hypoxique, les patients atteints de fibromyalgie répondent généralement beaucoup plus rapidement à cette diète que les patientes citées dans l’article publié récemment. Cette différence peut peut-être s’expliquer par la possibilité que le gluten, tout en pouvant être la cause première des maladies d’inflammation chronique telle la fibromyalgie, n’en soit pas la seule cause dépendamment des individus. D’autres aliments, principalement le lait (on avait retiré cet aliment chez 8 des patients de l’étude citée), le sucre raffiné, les protéines animales cuite à plus de 110°C et les glycotoxines, pourraient jouer vraisemblablement un rôle secondaire bien que non négligeable, dans le déclenchement et le maintien des maladies d’inflammation chronique ; il a par ailleurs été établi que les prédispositions génétiques des individus jouent également un rôle essentiel dans le développement des maladies d’inflammation chronique. La mise en rémission de la fibromyalgie due à la diète hypotoxique est probablement facilitée par l’élimination d’un plus grand nombre d’aliments pro-inflammatoires, ce qui favoriserait une mise en rémission plus rapide des maladies d’inflammation chronique. Il faut également considérer que dépendamment de nos caractéristiques génétiques, d’autres aliments non recensés dans la diète hypotoxique peuvent être également impliqués dans le déclenchement et la persistance des maladies d’inflammation chronique, y compris la fibromyalgie.











LA TECHNIQUE BOWEN

traitement bowenPosted by catherine campioni 29 Nov, 2014 18:41
La technique Bowen

Née aux antipodes, en Australie, cette thérapie manuelle holistique conjugue simplicité et efficacité. Dans ce stress perpétuel qui brouille nos sensations, elle nous remet en contact avec notre corps et stimule les mécanismes d’autorégulation de l’organisme.Tout en douceur.

L’Australie n’est pas pays à faire des chichis ! Pas étonnant, dès lors, que la technique Bowen puisse s’enorgueillir du fameux slogan Less is more. Autrement dit, qui peut le plus peut le moins : nul besoin d’avoir une méthode compliquée pour obtenir une grande efficacité. Mise au point par l’Australien Thomas Ambrose Bowen (Tom Bowen), la technique éponyme ne cherche pas, selon Louise Tremblay qui enseigne cette approche dans le monde¹, à traiter des conditions spécifiques, mais plutôt à stimuler l’organisme à mettre en place ses propres mécanismes de normalisation. En cherchant à restaurer l’intégrité structurelle du corps, cette méthode permet un fonctionnement optimal de l’organisme.


De l’Australie jusqu’ici

Tout commence lorsque, dans les années 1950, Tom Bowen cherche à réconforter son épouse souffrant de crises d’asthme aigues. Ce passionné de sport, ayant passé des heures à observer le travail des massothérapeutes, découvre les vertus d’une alimentation saine, conjuguée à une manipulation des tissus mous, qu’il met au point pour la soulager. Sa route croise alors celle d’un thérapeute manuel réputé, Ernie Saunders. Cette rencontre décisive le stimule à mettre au point sa propre technique manuelle, et le mène à approfondir en autodidacte l’étude de l’anatomie et de la physiologie. Au départ, il traite le dos en souffrance de ses collègues de travail, mais face au succès rencontré, il décide d’ouvrir une clinique. Si, jusqu’à la fin des années 1980, cette technique Bowen reste cantonnée à l’Australie (où elle séduit de plus en plus de professionnels de santé), elle finit par se diffuser dans le monde - en priorité dans les pays anglo-saxons, grâce entre autres à un massothérapeute, Oswald Rentsch. Aujourd’hui, elle gagne du terrain dans les pays francophones², mais mériterait d’être encore davantage connue.

Au plus près du langage du corps

Sus au stress ! Pressions multiples, bruit constant, hyperconnexion : aujourd’hui, le stress est perpétuel et il devient difficile de s’octroyer de réelles plages de relaxation. Ce qui maintient notre système nerveux sympathique (système de mise en alerte de l’organisme) en tension quasi constante. Difficile dans ces conditions de parvenir à se détendre. D’où de multiples effets délétères, à long terme, sur l’organisme. Avec la technique Bowen, nous nous approchons très près du langage du corps. Cette méthode permet à l’organisme de prendre conscience de son état de stress et d’en inverser le processus en stimulant l’activité parasympathique (système de relâchement du corps, NDLR). L’organisme peut alors graduellement reconnaître et restaurer ses fonctions d’autorégulation qui, en retour, régulariseront son métabolisme et ses fonctions neuromusculaires, explique Louise Tremblay. Cette méthode manuelle holistique propose donc des mises en tension très douces des muscles et tissus mous... pour mieux nous détendre. Enseignée à des professionnels de la santé (kinésithérapeutes, ostéopathes, chiropracteurs, massothérapeutes, infirmiers, psychologues, naturopathes...), cette méthode est indiquée pour relâcher le stress, mieux récupérer après des maladies, opérations, blessures, soulager les douleurs ostéo-musculaires, les migraines, les effets de la ménopause (bouffées de chaleur), les problèmes digestifs, les troubles respiratoires, etc.

En séance

Sensible au principe d’énergie vitale (Chi), qui est au cœur de la Médecine Traditionnelle Chinoise, Tom Bowen partait du postulat que cette énergie doit pouvoir circuler librement dans tout le corps pour que nous soyons en bonne santé. Le génie de Tom Bowen a été de découvrir un système de mobilisations (« moves ») qui relance le courant naturel de cette énergie, souligne Louise Tremblay. Ces moves sont, en fait, des gestes précis, des pressions et stimulations, pratiqués sur des endroits spécifiques du corps (région lombaire, arrière des jambes, région dorsale, omoplates, cou, etc.). D’apparence simple, ces gestes exigent beaucoup de finesse et de dextérité de la part du praticien. On pourrait les comparer à l’action d’un musicien qui, en pinçant une corde de guitare exactement au bon endroit et avec la force appropriée, produit une vibration qui s’amplifie et se propage à tout l’instrument. Ainsi, le train d’ondes produit par l’action du thérapeute gagne-t-il toutes les parties du corps - par les méridiens selon certains, par les fascias selon d’autres, image Louise Tremblay. Contrairement à nombre d’autres approches, ici, point de musique zen pour se mettre dans l’ambiance ! Les influences extérieures comme le bruit, la musique (même très douce), les senteurs d’encens ou d’huiles essentielles sont autant d’éléments qui amoindrissent les effets du traitement. Le système nerveux du client ne doit pas avoir à gérer ces stimulations parasites, précise Louise Tremblay. De même, durant la séance, le thérapeute parle le moins possible. Tandis que la personne qui reçoit le soin est invitée à exprimer ce qu’elle ressent, afin d’orienter la suite du traitement à l’aune de ses réactions. L’un des secrets de l’efficacité de la technique Bowen, réside dans les pauses qui émaillent toute séance, entre chaque séquence de « moves », afin de laisser la personne intégrer les effets profonds du traitement... et goûter aux bienfaits de ce ressourcement.

Plus d’infos :

1. Louise Tremblay et Pierre Saine enseignent la technique Bowen en Belgique, France, Suisse, Espagne, Italie, Canada... Infos, calendrier :www.techniquebowen.com - Pour aller plus loin, voir Le petit livre Bowen, de Louise Tremblay, disponible gratuitement en ligne.

2. Trouver un praticien :www.registrebowen.com - Registre des thérapeutes Bowen dans les pays francophones (Belgique, France, Luxembourg, Suisse, Québec).


source http://www.bio-info.com/fre/16/bien-etre/sante/la-technique-bowen